Jacqueline Heurtault (1936-2000)

Le Professeur Jacqueline Heurtault nous a brusquement quittés le 25 Janvier 2000 dans sa 63ème année, après une douloureuse maladie. Née le 6 avril 1936 à Paris où elle fit ses études, elle soutint son D.E.S. en 1963 au laboratoire d'Anatomie comparée de la Faculté des Sciences dirigé par le Prof. R. M. May. En 1962, elle entra en qualité d'Assistante au laboratoire de Zoologie (Arthropodes) du Muséum national d'Histoire naturelle dirigé par le Prof. M. Vachon, puis obtint les grades de Maître assistante en 1973 et de Professeur en 1988.

Elle joua un rôle important en Arachnologie par ses travaux, menés conjointement avec ses responsabilités de Conservateur des collections du MNHN, et par sa fonction de Secrétaire générale adjointe en 1968, puis Secrétaire générale du Centre international de Documentation Arachnologique (CIDA). A ce titre, elle participa à l'organisation des Congrès internationaux d'Arachnologie et, après le départ de F. Saunier, documentaliste, elle assura seule ou avec une aide intermittente, la publication annuelle de l'Annuaire mondial des Arachnologistes, de la Liste annuelle des travaux et de la revue Arachnologia.
Depuis 1981, elle était responsable, avec le Dr. M. Goyffon, d'un cours annuel sur les animaux venimeux dispensé au Muséum national d'Histoire naturelle à Paris.

Spécialiste de la Biologie des Pseudoscorpions, elle obtint son Doctorat d'Etat ès-Sciences naturelles en 1972 sur le sujet: " Contribution à la connaissance biologique et anatomo-physiologique des Pseudoscorpions " ; elle publia également divers articles sur les Amblypyges, Uropyges et Palpigrades.
Par la suite, ses travaux de Systématique qui l'amenèrent à décrire un nombre important de nouveaux taxons, notamment dans les milieux souterrains*, furent toujours conduits conjointement avec des études anatomiques et physiologiques. Les taxons nouveaux de Pseudoscorpions cavernicoles furent découverts en France dans les départements de l' Hérault, du Gard, des Bouches-du Rhône, de l'Ardèche et de la Corse, en Europe : Suisse et Grèce et enfin en Algérie. Ces études révèlent la présence d'espèces relictuelles en Afrique du Nord et témoignent de leur grand intérêt paléobiogéographique.
Enfin sa contribution à la Biospéologie fut également de rassembler les connaissances sur les Pseudoscorpions cavernicoles de France et du monde entier dans deux articles de synthèse, l'un publié en 1986 dans les Mémoires de Biospéologie, le dernier paru en 1994 dans le tome I de l' Encyclopaedia Biospeologica.

Monique NGUYEN DUY-JACQUEMIN

 

PUBLICATIONS SUR LES ARACHNIDES CAVERNICOLES *

Vachon, M. & Heurtault-Rossi, J. (1964). Une nouvelle espèce française de Pseudoscorpion cavernicole : Spelyngochthonius provincialis (Chthoniidae) du département de l'Hérault. Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, (2) 36 (1) : 80­85.
Heurtault-Rossi, J. (1966). Roncus (R.) lucifugus Simon, 1879, pseudoscorpion cavernicole de la faune française n'appartient pas au genre Roncus L. Koch, mais au genre Microcreagris Balzan. Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, (2) 37 (4) [1965] : 659­666.
Heurtault-Rossi, J. (1968). Quelques remarques sur deux espèces cavernicoles de Chthonius des départements des Bouches-du-Rhône et du Gard : Chthonius (C.) cephalotes (Simon, 1875) et Chthonius (C.) mayi n. sp. (Pseudoscorpions, Chthoniidae). Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, (2) 39 (5) [1967] : 912­922.
Heurtault, J. (1969). Une nouvelle espèce de Pseudoscorpion de l'Hérault, Neobisium (N.) boui (Neobisiidae). Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, (2) 40 (6) [1968] : 1171­1174.
Heurtault, J. (1971). Une nouvelle espèce cavernicole de Suisse, Neobisium (N.) helveticum (Arachnide, Pseudoscorpion, Neobisiidae). Revue suisse de Zoologie, 78 (4) : 903­907.
Heurtault, J. (1972). Chthonius (C.) petrochilosi (Arachnide, Pseudoscorpion, Chthoniidae), nouvelle espèce cavernicole de Grèce. Biologia Gallo-Hellenica, 4 (1) : 19­25.
Heurtault, J. (1975). Roncus (R.) longidigitatus (Ellingsen, 1908) (Arachnide, Pseudoscorpion cavernicole de la faune française) appartient au genre Neobisium J.C. Chamberlin (sous-genre Blothrus). Annales de Spéléologie, 29 (4) [1974] : 631­635.
Heurtault, J. (1975). Deux nouvelles espèces de Pseudoscorpions Chthoniidae (Arachnides) cavernicoles de Corse : Chthonius (E.) remyi et Chthonius (E.) siscoensis. Annales de Spéléologie, 30 (2) : 313­318.
Juberthie, C. & Heurtault, J. (1975). Ultrastructure des plaques paraganglionnaires d'un Pseudoscorpion souterrain, Neobisium cavernarum (L. K.). Annales de Spéléologie, 30 (3) : 433­439.
Heurtault, J. (1979). R. leclerci, deuxième espèce connue en France du genre Roncobisium (Arachnides, Pseudoscorpions, Neobisiidae). Revue arachnologique, 2 (5) : 225­230.
Heurtault, J. (1979). Le sous-genre Ommatoblothrus en France (Pseudoscorpions, Neobisiidae). Revue arachnologique, 2 (5) : 231­238.
Leclerc, P. & Heurtault, J. (1979). Pseudoscorpions de l'Ardèche. Revue arachnologique, 2 (5) : 239­247.
Heurtault, J. (1986). Pseudoscorpions cavernicoles de France : Revue synoptique. Mémoires de Biospéologie, 12 (39) [1985] : 19­32.
Heurtault, J. (1990). Les Pseudoscorpions d'Algérie de la collection Biospeologica. Mémoires de Biospéologie, 17 (44) : 197­202.
Heurtault, J. (1994). Pseudoscorpions (pp. 185­196). In : Juberthie, C. and Decu, V., Encyclopaedia Biospeologica, 1. Société de Biospeologie, Moulis and Bucarest.
Condé, B. & Heurtault, J. (1994). Palpigrades de Sardaigne, avec la description d'une seconde espèce troglobie. Boletin dell' Accademia Gioenia di Scienze Naturali, 26 (345) [1993] : 65­75.

SIBIOS - geoffroy@mnhn.fr
Written by Jean-Jacques Geoffroy
© SIBIOS, 2009

Memoriam

Contents